Accueil ANTISECHE Accueil Fiches Service "Assistance" Contact-mail


PHILO - COMMENTAIRE

Préparation du commentaire / Préparation du plan /
Rédaction proprement dite




-Comment préparer un commentaire

1.Lire et relire le texte attentivement

2. Saisir le sujet du texte, en essayant par exemple de lui donner un titre

3. Repérer le problème posé, c'est à dire la question à laquelle le texte répond. Attention: le problème posé n'est pas seulement le thème du texte: il ne suffit pas de repérer une notion du programme, mais de remarquer le point de vue de l'auteur et l'objectif qu'il s'est donné en écrivant le texte.

L'auteur cherche-t-il à:

  • corriger une opinion, c'est à dire à amener le lecteur à réviser son opinion sur un sujet (le thème du texte), voire à y renoncer complètement? Ce type de sujet débute par des formules du genre «les hommes supposent généralement que...», «on soutient habituellement que...».

    La critique est généralement signalée par l'emploi de l'adverbe «mais» qui introduit une objection, une correction, une restriction ou une addition.

  • réfuter une thèse d'un autre auteur, d'une école philosophique ou d'un courant de pensée, nommés ou non? L'auteur peut réfuter cette thèse en montrant qu'elle repose sur de faux principes ou sur des préjugés (c'est ce qu'on appelle analyser les présupposés d'une thèse), ou qu'elle se contredit elle-même.

    (c'est en procédant de la même façon que vous analyserez le texte afin de dégager son intérêt philosophique).

  • définir un concept? Les propositions sont en général affirmatives; l'auteur montre que cette définition est nécessaire (qu'on ne peut définir le concept autrement).

  • résoudre un problème philosophique? Un problème est soulevé, une question est posée; ce problème ou cette question pourrait constituer un sujet de dissertation.

4. Repérez la thèse du texte, c'est à dire la position que défend l'auteur, sa réponse au problème soulevé. Essayer de reformuler par vous-même la thèse, en réutilisant les mots-concepts du texte

Attention! Il est très important pour éviter les confusions de bien repérer qui parle dans le texte: distinguer les différents niveaux de discours (le discours de l'auteur de celui qu'il contredit...)

5. Repérez les notions philosophiques présentes dans le texte (notions du programme); repérez celles qui sont analysées.

6. Repérez les exemples et l'usage qui en est fait.

7. Repérez les propositions du texte non démontrées, non argumentées (propositions qui ne sont pas déduites et qui vont servir à argumenter: ce sont les présupposés du texte).

8. Recherchez les mots logiques (adverbes et conjonctions) qui marquent les articulations logiques du texte (ou les «moments» du texte).

- Préparation du plan

1. Après avoir analysé le texte (en notant les éléments précédement cités), relisez-le puis préparez le plan d'explication :
-notez d'abord le plan du texte qui constitura le plan de l'explication; chaque paragraphe correspondra à un «moment» du texte.
-pour chaque «moment», notez les expressions et concepts à expliquer et relevez les citations à commenter (phrases ou propositions les plus importantes sans lequelles le texte ne peut être compris).

2. Relevez les exemples en notant leur valeur argumentative.
Suivez toujours l'ordre du texte A la fin d'un pararagraphe, notez par quel mouvement de pensée, par quelle opération logique on passe au «moment» suivant; s'agit-il d'approfondir une idée, de s'opposer à une thèse, une opinion ou un préjugé que l'on vient d'exposer, de nuancer une idée? Relevez systématiquement le mot logique (adverbe, locution ou conjonction) qui marque l'articulation du texte, commentez-le.

3. Recherche de l'intérêt philosophique
L'intérêt philosophique se dégage naturellement de son explication si celle-ci a été bien menée. Il s'agit d'évaluer ce que le texte peut apporter à la réflexion philosophique ainsi que les «limites». On ne peut demander à un texte de contenir toute la pensée d'un auteur. Par limites, on entend les limites de l'argumentation elle-même et celles dues au point de vue, nécessairement partiel et particulier, de l'auteur. On s'interrogera sur la portée de l'argumentation, et on analysera les présupposés du texte, à partir du relevé des propositions non-demontrées.

Pour vous aider, vous pouvez vous demander:

  • quel problème pose le texte?

  • comment le texte le résout-il?

  • comment le texte fait-il avancer l'étude du thème? Mettez en relation avec d'autres auteurs et textes.

Vous pouvez ainsi:

  • Discuter l'argumentation, c'est à dire la portée des exemples, la légitimité d'une opposition ou d'une définition, la valeur démonstrative des arguments; jugez le texte comme la dissertation d'un camarade, comme si vous étiez correcteur du bac.....

  • Montrer que le texte n'envisage qu'un aspect du problème, montrer à partir de quel présupposés ce choix est fait, dans quel univers culturel il se situe.

  • Montrer que le texte n'envisage pas bien le problème étudié: le point de vue de l'auteur n'est pas bon parce qu'il est trop marginal, qu'il passe à côté de l'essentiel, qu'il ne voit pas le véritable problème....

La dernière manière de critiquer (au sens fort) est aussi la plus radicale et la plus ambitieuse, il n'est pas toujours possible ni nécessaire d'aller jusque là. Dans tous les cas, restez prudent: plus la critiqu eest radicale, mieux il faut être en mesure de la défendre; toute critique devant être justifiée et argumentée.

Partez de ce qui est positif, montrez la force d'un texte avant d'en relever les éventuelles faiblesses.

Enfin, n'oubliez pas qu'il s'agit de critiquer (au sens propre) le texte et non l'auteur (car vous ne savez peut-être pas ce qu'il a pu écrire par ailleurs).

4. Préparation du plan de la partie «intérêt philosophique»

Cette partie doit être rédigée comme une dissertation; elle comprendra un ou plusieurs paragraphes; chacun correspondant à une idée. on ira du plus évident au plus problématique et au plus hypothétique. Comme dans une dissertation, on n'oubliera pas de faire des transitions (on précisera les passages logiques d'une idée à l'autre).

- Rédaction proprement dite

1. Rédaction de l'introduction

-la présentation du texte et son auteur (on peut utiliser les connaissances sur l'auteur à condition qu'elles soient précises et éclairent véritablement le texte)

-la définition du problème et de la thèse du texte

-la présentation de l'argumentation, c'est à dire de ces différents moments et de ses articulations logiques.

Attention: cette présentation ne saurait se ramener à un simple résumé du texte, ni à un «plan» du texte (le commentaire doit être entièrement rédigé). Cela correspond aux trois moments de l'intro d'une dissertation: annonce du sujet, position du problème, questions posées.

2. La première partie sera consacrée à l'étude linéaire du texte

-on rédigera plusieurs paragraphes correspondants aux différents «moments» du texte. On suivra l'ordre du texte.

-Sélectionnez vos citations

-N'oubliez pas que commenter un texte ne signifie pas le répéter ou le paraphraser, mais «démontrer son fonctionnement», c'est à dire son argumentation, analyser son écriture (les remarques stylistiques si elles aident à l'argumentation, sont les bienvenues).

3. La 2nde partie sera consacrée à l'intérêt philosophique

-elle comprend un ou plusieurs paragraphes. On évitera une énumération des points «intéressants» ou critiquables; chaque idée doit être développée. Il est très important de ne pas perdre de vue le texte et de le considérer dans sa globalité: il ne s'agit pas d'extraire un problème ou une notion et de disserter dessus. On partira toujours du texte, en le citant si nécessaire, avant d'en faire un commentaire critique.

NB: «critique» ne veut pas dire négatif. On ira du «positif» au «négatif», du plus évident au plus problématique.

4. Conclusion

-définir le principal intérêt du texte

-signaler les principales difficultés qui subsistent

-préciser brièvement l'acquis apporté à la réflexion sur la notion principale du texte; indiquer éventuellement les autres «réponses» ou recherches possibles, préciser la position de l'auteur par rapport à ces autres voies.

Le commentaire est avant tout un exercice de jugement et d'honnêteté intellectuelle. Il s'agit en quelque sorte de faire une dissertation à l'envers: en dissertation on apprécie vos qualités d'argumentation et votre aptitude à problématiser, dans un commentaire vous devez montrer que vous savez saisir l'argumentation d'un auteur et sa problématique.



Autres fiches